Quel avenir pour l’Huma sans ses abonneurs?

Quel avenir pour l'Huma sans ses abonneurs? dans Informations P02-Caritte-en-greve

 

 

Le nombre d’abonnés au journal l’Humanité est de 36.000. Le journal perd naturellement environ 6.000 abonnés chaque année.

 

20 « abonneurs » sur le terrain c’est, chaque jour, 200 contacts, 25 abonnements.
20 « abonneurs » sur le terrain c’est, chaque mois, 4 500 contacts, 550 abonnements.
20 « abonneurs » sur le terrain c’est, chaque année, 50 000 contacts, 6.000 abonnements.

De Dunkerque à Sartène, de Bayonne à Wissembourg, de Brest à Albertville,  imaginons les routes de nos campagnes et les rues de nos villes, imaginons les quartiers résidentiels et les quartiers populaires sans la présence des abonneurs avec leur carnet d’abonnements à la main.

Imaginons les fêtes fédérales, les meetings et notamment ceux à venir des présidentielles et législatives 2012, imaginons les débats, imaginons la prochaine fête de l’Huma sans la présence des « abonneurs » avec leur carnets d’abonnements à la main.

Si nous souhaitons voir réellement le journal de Jaurès se développer, il faut générer plus d’abonnements.
Sans cette collecte régulière de nouveaux abonnés, l’existence même du journal est menacée à très court terme.

L’entreprise, filiale du journal fondé par Jean Jaurès, en charge de cette activité de collecte d’abonnements est en procédure de dépôt de bilan.

Ensemble, agissons pour que ces 21 emplois UTILES ET INDISPENSABLES au développement du journal soient pérennisés. Cette activité est très bénéficiaire et dégage des excédents de trésorerie.
Ensemble, agissons afin que ces emplois soient intégrés, à nouveau, au sein de l’entreprise « journal l’Humanité » comme par le passé.

MAINTENANT, le journal L’Humanité est à l’heure des choix. Il se doit de reconstituer sa force de conquête d’abonnements qui avait été délaissée. Notre journal a besoin de lecteurs pour sa survie et son avenir.

-Quelle interface entre les lecteurs et le journal ?
-Quelle interface entre les lecteurs potentiels et le journal ?

Efficace, rentable, chaque jour et depuis plus de dix ans, ce collectif d’abonneurs fait ses preuves sur le terrain et répond à ces deux questions fondamentales et essentielles.

Pour vivre, notre journal L’HUMANITE, a besoin de journalistes, d’ouvriers du livre, d’employés, …Comme il a besoin de batailles financières en direction de l’Etat, en direction des entreprises qui font de la publicité…Comme il a besoin de souscriptions d’envergures, d’une fête de l’Humanité toujours plus rassembleuse…..Et comme il a besoin d’une force commerciale sur le terrain. L’addition de ces conditions n’est-elle pas essentielle ?

 Signez ici la pétition

De plus en plus nombreuses sont les organisations qui se sont saisies de ce débat et qui SE MOBILISENT et agissent pour sauver ces emplois, pour sauver durablement le journal.

« Faire vivre l’humanité est un combat quotidien. C’est le combat pour la démocratie »…. « Ce sera la force commune de celles et de ceux qui aspirent à des futurs communs » L’Humanité du 15 juin. Editorial de Patrick Le Hyaric.

3 Réponses à “Quel avenir pour l’Huma sans ses abonneurs?”

  1. Annette Mateu dit :

    Les dirigeants de l’Huma se comportent comme de vulgaires patrons capitalistes !
    Ce n’est pas pour me surprendre, sachant ce que les directions mutantes successives ont fait du PCF, un parti qui n’a plus de communiste que le nom !
    Le journal actuel -qui porte le même nom que celui que créa JAURES- n’a plus rien à voir avec le journal de lutte de classes qu’il était, lorsque le Parti Communiste et ses dirigeants étaient vraiment communistes, marxistes-léninistes, en un mot révolutionnaires !

  2. Annette Mateu dit :

    C’est en abandonnant son idéal communiste que le PCF a perdu des milliers de militants dont un grand nombre diffusaient gratuitement l’Huma, organe du Parti Communiste….
    En grande difficulté financière, le journal a ouvert son capital en 2001, notamment à TF1 et au Groupe Lagardère ! Dans ces conditions, qui peut croire qu’il puisse rester un journal sans concessions face aux actionnaires capitalistes.
    Les 21 abonneurs ont bien raison de se battre contre la direction de l’Huma, mais leurs emplois ne pèseront pas bien lourd face au plan décidé par les actionnaires exploiteurs de TF1et les marchands d’armes du Groupe Lagardère !

  3. Lionel MAAZA dit :

    Je ne suis pas du tout surpris de cette situation ayant été moi-même abonneur fin des années 90 , je peux témoigner de la difficultée de ce métier et du courage et de la ténacité des abonneurs.
    Il en faut lorsqu’on se retrouve seul , loin de chez sois le soir à l’hôtel après avoir été frapper aux portes , il faut l’aimer son journal pour faire ce boulot qui n’est pas ,il faut bien le dire ,très cher payé . Par contre les « grands chefs » ,eux ils n’ont pas changés, toujours les mêmes , leur autoritarisme imbécile les conduits à prendre des décisions extrêmes , histoire d’avoir le dernier mot , ils ont oubliés l’humain ,ils ont la sciences infuse , celle du militaire qui croit que d’endosser un uniforme le rends plus intelligent.
    un ancien de l’huma et du gifco

Laisser un commentaire

 

cannesapeche |
ambecoaching |
中国/Р... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | firstbook
| ANNUAIRE SPIRITE
| déco exterieur